THE MORO

THE MORO
5 - 7 DECEMBRE / DECEMBER 1943

 

 

 

 

 

Après l'invasion alliée de l'Italie du Sud en Septembre 1943, il a été évident que les Allemands allaient défendre la péninsule dans le sud . À la fin Octobre , Allied renseignements recueillis à partir ULTRA , les signaux super- secrètes obtenues par lecture de codes allemands , a indiqué l'intention de l' ennemi pour défendre la ligne d'hiver au sud de Rome , tout en continuant une accumulation à la fois en Italie et dans les Balkans . Avec seulement alliées 11 divisions en Italie , dix divisions de l' allemand 10ème armée serait difficile de submerger et de nouvelles divisions ont été situé dans le nord , bien maigre consolation était que un total de 16 divisions , plus 13 dans les Balkans ont été ainsi détournés de la lutte contre sur le front de l'Est , où l'Armée rouge a poursuivi ses opérations offensives dans le sillage de l' échec offensive.1 Kursk de l'Allemagne
 
Le Sangro et Moro
 

 
Le Sangro - Castel di Sangro - Le Moro - San Leonardo - Le Gully - Casa Berardi - Ortona - San Nicola - San Tommaso - point 59 / Torre Mucchia
 
 

Avec l'équilibre des forces en faveur des Allemands , le commandant de théâtre , le général Dwight D. Eisenhower , et le commandant du Groupe armée alliée 15 , le général Harold Alexander , ont décidé d'une offensive coordonnée sur Rome comme le meilleur moyen d'atténuer la menace pour les deux armées alliées en Italie ( de 5e et 8e US Colombie ) . Il a été estimé que l'initiative pourrait être maintenu jusqu'au printemps , et qu'à cette époque , les plus de divisions ennemies ont été utilisés dans des contre- offensives contre les Alliés , le mieux ce sera pour l'invasion alliée de la France , en tirant ressources allemandes loin de ce théâtre.

Cette analyse raisonnée des impératifs stratégiques n'a pas été communiquée aux troupes qui auraient à « conserver l'initiative " dans les conditions froides et pluvieuses de l' hiver italien . Leur corps et commandants de division étaient également dans l'obscurité . A l'origine, Alexander a proposé de renforcer 5ème armée du général Mark Clark avec les divisions de la 8e armée , permettant une offensive tous azimuts sur Rome pour être couplé avec un débarquement amphibie à Anzio , au sud-ouest de Rome . Cela aurait laissé forces diminution du général Bernard Montgomery avec un rôle de maintien mineur . Cependant , Monty , qui avait déjà fait valoir qu'il n'avait pas le soutien logistique et les remplacements d'infanterie nécessaires pour monter une offensive majeure , a insisté sur le maintien de toutes ses divisions ainsi son armée pourrait « s'emparer des hauteurs au nord de Pescara " et déborder les défenseurs de Rome avant 5e armée a lancé son principal attaques.2

Malgré les protestations de son propre chef de cabinet , citant l' insuffisance du réseau routier et le terrain défensif favorable , y compris plusieurs lignes de rivière , Montgomery a poursuivi , convaincu que la Division d'infanterie britannique 78e , 8e division indienne , et la 2e Division Nouvelle-Zélande seraient en mesure de atteindre Pescara dans une attaque de masse , soutenue par 400 chars . Tout ce qui était nécessaire était beau temps et la puissance de l'air qui va avec .

La météo en Italie est normalement pluvieux en hiver et 1943-1944 n'a pas fait exception . Rivières mineures ont bondi et le sol se transformait en boue . De violents combats pour le Sangro , gonflé à un large courant de 100 mètres , a produit seulement une tête de pont peu profonde . D'ici le 1er Décembre les trois divisions ont tous été commis , et la 3e Brigade de la 1re Division du Canada a été chargé sur le Haut Sangro attaques de diversion qui n'ont pas tromper l'ennemi . Le commandant la 8e armée a changé ses plans ; avec des réserves allemandes de la 90e Panzer Grenadier Division 26 Division Panzer et entrant dans le champ de bataille , la 1re brigade blindée canadienne déplacé pour soutenir la division indienne et la 1re Division du Canada a déménagé à soulager la 78e britannique. Le choix effectué est pour la 2e Division Nouvelle-Zélande et le 1er canadienne de race à Pescara.3

planification

Le Chemin de valériane était la voie latérale de Pescara à Rome , et ce fut le but de la 8e armée comme prévu opérations à la fin de Novembre 1943. Cependant , la route la plus directe , de Isernia , face au danger potentiel de passes de neige bloqué dans les Apennins , de sorte que la décision a été prise d'attaquer le long de la côte adriatique . Les météorologues au siège 8e Armée n'ignoraient pas le temps typique en Italie - en moyenne, sept pouces de pluie au cours de Novembre et Décembre - et l'armée savaient que l'appui aérien couvert entend limitée, tandis que de fortes pluies signifiait voies d'approvisionnement perfides . L'armée pause tandis que les deux brigades de la 1re Division du Canada soulagés de la 78e Colombie battue , avec l'objectif immédiat étant le Ortona - Orsogna latérale , la première étape avant une offensive coordonnée visant à la valériane Way.4

Après la 1re Division du Canada propose au secteur de l'Adriatique la suite de ses actions sur le fleuve Sangro , ils ont subi une série de ravins et de crêtes dans leur nouvel axe de l'avance , briser le plateau côtier à l'est de la Maiella . Trois principaux fleuves également interdit le mouvement facile , étant à son tour la Feltrino , le Moro et le Arielli , dans la mer des 7 , 9 , et 14 miles de l'embouchure de la Sangro respectivement . La zone a été bien exploitée et oliveraies et de vignobles lacé le terrain , de villages et de hameaux dispersés reliées uniquement par des routes étroites et mal revêtues , la route n ° 16 en cours d'exécution en général au-dessus du plateau . Une nouvelle portion de route s'est déroulée de San Vito , surplombant l'embouchure de la Feltrino , en suivant la côte nord sur la rivière Moro .

L'ancienne route ( la seule indiquée sur les cartes disponibles ) monté sur le plateau de nouveau après avoir traversé le Feltrino , et se tourna intérieur de Sant ' Apollinaire , un village agricole avec vue sur les Moro deux miles de la mer . Flexion fortement vers le nord , il fait une longue descente , progressive dans la vallée de la rivière ici à environ 500 mètres de diamètre ( le Moro lui-même était un simple filet ) et montés l'autre rive à San Leonardo . De là, elle a frappé le nord- ouest , en se levant doucement sol , et traversé un ravin prononcé juste avant de rejoindre la route latérale s'étendant du nord -est de Guardiagrele par Orsogna à Ortona . La route nouvelle ( qui devint par la suite la route n o 16 ) maintenue à la plage jusqu'à environ un demi- mile de Ortona , où il monta sur la grande terre pour rejoindre le latéral Orsogna . La route à travers Sant ' Apollinaire et San Leonardo a été choisi comme le principal axis.5 canadienne

Major- général Chris Vokes , sur commande du secteur côtier en supposant , a ordonné la brigade irlandaise et 4e Brigade blindée britannique de continuer à avancer après l'obtention de San Vito , et par nuit du 4 Décembre était sur ​​la crête entre le Feltrino et Moro Rivières . À leur gauche , les troupes de la 8e division indienne capturés Lanciano le 3 Décembre et avaient atteint Frisa trois miles à l'intérieur de Sant ' Apollinaire . Ces opérations ont été appuyées par des chars de la 14e Régiment blindé du Canada ( Calgary Regiment) , sous le contrôle de la division de 1 Décembre . Dans la nuit de 2-3 Décembre Calgary Tanks effectuées Sikhs de la Brigade indienne 21 à la périphérie de Lanciano dans le cadre d'une " manifestation bruyante " vers la côte , où ils ont été rejoints par le 5e Bataillon , Royal West Kent (également de 21 Indiens Brigade ) , qui a été conçu pour aider les 78e Division d'infanterie dans la capture de San Vito . Le 4 Décembre , les Calgary Tanks faisaient partie d'une colonne volante qui occupait alors Frisa . Pendant ce temps , la 2e brigade du Canada a ordonné à occuper des postes entre Sant ' Apollinaire et les Indiens , en face de la Moro , alors que la 1re Brigade concentrée sur le plateau de San Vito . Le 5 Décembre , la 3e brigade du Canada, au sud de la Sangro , a été condamné à traverser la rivière .

canadienne de la logistique

Beau temps , à ce point permettant une couverture aérienne à opérer en faveur des Alliés , a également commencé à faire fondre la neige dans les montagnes , l'approfondissement et l'élargissement des rivières et en ajoutant les charges logistiques . Dans la nuit du 4 Décembre de la rivière Sangro a augmenté de six pieds , et chaque pont desservant la 5e Corps ( à qui la 1re Division canadienne était subordonnée ) était soit lavé ou immergé . Ingénieurs du mal à compléter un pont par tous les temps que le trafic s'est arrêté ; heureusement, un dépôt de ravitaillement avait été établi près de Fossacesia et DUKWs (camions amphibies) ont pu ravitailler autour de la bouche de la rivière . Le Corps de l'Armée royale du Canada a pu effectivement rétablir une ligne d'alimentation de ces véhicules ; le 7 Décembre , par exemple , des commandes de fournitures inclus 50.000 séries de munitions d'artillerie , 10.000 gallons d' essence et 40 000 rations . La 3e brigade , cependant, était incapable de remplir ses ordre de rejoindre la division pendant deux jours , et même en se déplaçant à nouveau le 6 Décembre , a dû quitter 200 véhicules lourds au sud de la Sangro .

intentions allemands

Le personnel du renseignement alliés correctement évalués l'intention de l'ennemi pour arrêter la Allied avance sur le Moro , après avoir été expulsés de la ligne Bernhard . La 76ème Panzer Corps déterminé le 1er Décembre qu'il tiendrait une ligne aussi loin que Melone (deux miles à l'est de Guardiagrele ) et de développer également une nouvelle ligne Melone - Ortona , et arrêter toutes les attaques dans la région de leurs avant-postes par " actions obstinés retarder " . La Division 65e allemand avait été brisée lors des combats ligne Bernhard , ses restes ont ordonné le nord pour rejoindre la 14e armée , et la 90e division de Panzergrenadier déplacé vers le sud à la hâte de la région de Venise , en prenant sur ​​le secteur côtier le 3 Décembre . A sa droite , la 26e Division Panzer avait soulagé la 16ème Panzer Division , ce dernier besoin de toute urgence sur le front de l'Est .

La limite entre les divisions parallèlement à la côte , traversait Lanciano , à environ sept miles à l'intérieur . Bien que le Résumé du 5e Corps Intelligence du 4 Décembre rapporté que « les photographies aériennes récentes révèlent aucune préparation à grande échelle au sud de Pescara " , il est vite devenu connu que l'ennemi était en train de creuser dans les pentes inverses des ravines . Ils avaient de bonnes raisons . Conversations téléphoniques enregistrées entre les commandants allemands décrivent le coup de massue qui les attaques aériennes avaient traité le moral de l'ennemi pendant les beaux jours de vol à la fin de Novembre . Colonel Baade ( dont le commandement efficace des défenses du détroit de Messine sera rappelé ) remplaçait temporairement le commandant blessé de la Division 65 , et il a déclaré que même en Afrique il n'avait vu quelque chose comme l' offensive aérienne alliée . " Avec Montgomery , vous pouvez compter sur cela", a commenté Kesselring . L'ennemi peut bien s'attendre à une répétition de l' air concentré et bombardement d'artillerie qui l'avait frappé sur la crête Sangro , et en ordonnant la préparation d'une nouvelle ligne de défense en face de la route Ortona-Orsogna le commandant du Corps de la 76e a donné comme le « mot d'ordre pour tous et chacun : ` dans le sol . " Ainsi , les Canadiens et les Irlandais regardé à travers le Moro à la mosaïque de vignes et d'oliviers qui ont augmenté progressivement à l'horizon du haut de la rive , ils ne voyaient rien pour indiquer la présence d'une division de troupes fraîches couché avec prudence dans l'attente de la prochaine blow.6 Allied

Le 4 Décembre , avec la division indienne 8e Frisa avec l'appui des chars et les Néo-Zélandais en difficulté à Orsogna et Guardiagrele , le général Allfrey pression sur les Canadiens à traverser la Moro " dès que possible . " Le général Vokes dirigé deux brigades irlandaises et 2e canadiens de pousser des patrouilles et des ingénieurs infanterie avance pendant la nuit pour repérer les sites de franchissement possibles . Il y avait trois :

la nouvelle route du littoral sur le flanc droit

l'ancienne route menant à San Leonardo

un croisement de route étroite au sud de Villa Rogatti , un petit village au sommet de la rive gauche , à deux miles en amont de San Leonardo , et renvoyé par les troupes alliées que Villa Roatti en raison d'erreurs typographiques sur leurs cartes. ( Les Allemands appelaient l'endroit Villa Ruatti ) .

Derrière San Leonardo et Villa Rogatti était une longue pente , de hameaux ( La Torre , Villa Jubatti , Villa Caldari ) séparés par des ravins profonds réduisent fortement de la vallée de Moro . Les ravines ont été considérés comme des voies possibles de monter sur le haut du plateau . Les Patricias Des éclaireurs ci-dessous Villa Rogatti et trouvé un gué qui pourrait également supporter le poids des chars , mais l'autre rive était raide . Deux cents mètres au-delà de la rive ouest , half-tracks de l'ennemi et motos pouvaient être entendus . Vokes , en entendant les rapports de la 38e Brigade que le fleuve était large et plus profonde , plus en aval , a décidé de poursuivre l' avance jusqu'à la route no 16 et d'établir l'une des brigades canadiennes à la jonction avec la route latérale Guardiagrele - Ortona , exploiter à Tollo à travers le Arielli , et de passer ensuite à la côte et Ortona . Les ingénieurs ont été chargés prépare un passage en dessous de San Leonardo ; avec l'itinéraire central choisi pour la traversée principale , deux autres sites étaient également être mis en place par l'infanterie , près de la côte et à la Villa Rogatti , soit pour détourner l'attention de l'ennemi loin , ou à être utilisé pour de bon en cas de besoin .

 

Following the Allied invasion of southern Italy in September 1943, it was made apparent that the Germans were going to defend the peninsula in the south. By late October, Allied intelligence gathered from ULTRA, the super-secret signals obtained by reading German codes, indicated the enemy's intent to defend the Winter Line to the south of Rome, while continuing a build-up both in Italy and the Balkans. With just Allied 11 divisions in Italy, the German 10th Army's ten divisions would be difficult to overwhelm, and further divisions were located in the north, though slight consolation was that a total of 16 divisions plus 13 in the Balkans were thus diverted from the fighting on the Eastern Front, where the Red Army continued offensive operations in the wake of Germany's failed Kursk offensive.1

With the balance of forces in the Germans' favour, the theatre commander, General Dwight D. Eisenhower, and the commander of the Allied 15th Army Group, General Harold Alexander, decided on a co-ordinated offensive on Rome as the best way to mitigate the threat posed to the two Allied armies in Italy (U.S. 5th and British 8th). It was felt that the initiative could be retained until spring, and that at that time, the more enemy divisions were used in counter-offensives against the Allies, the better it would be for the Allied invasion of France, drawing German resources away from that theatre.

This well-reasoned analysis of strategic imperatives was not communicated to the troops who would have to “retain the initiative” in the cold, rainy conditions of an Italian winter. Their corps and divisional commanders were also in the dark. Originally, Alexander proposed strengthening Gen. Mark Clark’s 5th Army with divisions from 8th Army, allowing for an all-out offensive on Rome to be coupled with an amphibious landing at Anzio, southwest of Rome. This would have left Gen. Bernard Montgomery’s diminished forces with a minor holding role. However, Monty, who had previously argued that he lacked the logistical support and the necessary infantry replacements to mount a major offensive, insisted on retaining all his divisions so his army could “capture the high ground north of Pescara” and outflank the defenders of Rome before 5th Army launched its main attack.2

Despite protests by his own chief of staff, citing the poor road network and the favourable defensive terrain, including several river lines, Montgomery pushed ahead, convinced that the British 78th Infantry Division, 8th Indian Division, and 2nd New Zealand Division would be able to reach Pescara in one mass attack, supported by 400 tanks. All that was needed was good weather and the air power that went with it.

The weather in Italy is normally rainy in winter and 1943-44 was no exception. Minor rivers surged and soil turned to mud. Fierce fighting for the Sangro, swollen to a 100-metre wide stream, produced only a shallow bridgehead. By 1 December the three divisions were all committed, and the 1st Canadian Division's 3rd Brigade was tasked on the Upper Sangro with diversionary attacks that were not fooling the enemy. The 8th Army commander changed his plans; with German reserves from the 26th Panzer Division and 90th Panzer Grenadier Division entering the battle area, the 1st Canadian Armoured Brigade moved up to support the Indian Division and the 1st Canadian Division moved to relieve the British 78th. The desired effected was for the 2nd New Zealand Division and the 1st Canadian to race to Pescara.3

Planning

The Valerian Way was the lateral route from Pescara to Rome, and this was the goal of the 8th Army as it planned operations in late November 1943. However, the most direct route, from Isernia, faced the potential hazard of snow-blocked passes in the Appenines, so the decision was made to attack along the Adriatic coast. Meteorologists at 8th Army headquarters were not unaware of the typical weather in Italy - on average, seven inches of rain during November and December - and the Army knew that overcast meant limited air support while heavy rain meant treacherous supply routes. The Army paused while the two brigades of the 1st Canadian Division relieved the battered British 78th, with the immediate objective being the Ortona-Orsogna lateral, the first step before a co-ordinated offensive aimed at the Valerian Way.4

After the 1st Canadian Division moved to the Adriatic sector following its actions on the Sangro River, they faced a series of gullies and ridges across their new axis of advance, breaking up the coastal plateau east of the Maiella. Three main rivers also barred easy movement, in turn being the Feltrino, the Moro and the Arielli, entering the sea some 7, 9, and 14 miles from the mouth of the Sangro respectively. The area was well-farmed and olive-groves and vineyards laced the terrain, with scattered villages and hamlets connected only by narrow and poorly surfaced roads, Highway No. 16 running in general on top of the plateau. A newer stretch of highway ran from San Vito, overlooking the mouth of the Feltrino, following the coast north over the Moro River.

The old road (the only one shown on available maps) climbed the plateau again after crossing the Feltrino, and turned inland to Sant' Apollinare, a farming village overlooking the Moro two miles from the sea. Bending sharply to the north it made a long, gradual descent into the river valley here about 500 yards across (the Moro itself was a mere trickle)-and mounted the far bank into San Leonardo. Thence it struck north-westward, on gently rising ground, and traversed a pronounced gully just before it joined the lateral road running north-eastward from Guardiagrele through Orsogna to Ortona. The newer road (which subsequently became Highway No. 16) kept to the beach until about half a mile from Ortona, where it mounted the high ground to join the Orsogna lateral. The road through Sant' Apollinare and San Leonardo had been selected as the Canadian main axis.5

Major-General Chris Vokes, on assuming command of the coastal sector, ordered the Irish Brigade and 4th British Armoured Brigade to keep moving forward after securing San Vito, and by night of 4 December were on the ridge between the Feltrino and Moro Rivers. To their left, troops of the 8th Indian Division captured Lanciano on 3 December and had reached Frisa, three miles inland from Sant' Apollinare. These operations were being supported by tanks of the 14th Canadian Armoured Regiment (Calgary Regiment), under control of the division from 1 December. On the night of 2-3 December the Calgary Tanks carried Sikhs of the 21st Indian Brigade to the outskirts of Lanciano as part of a "noisy demonstration" towards the coast, in which they were joined by the 5th Battalion, Royal West Kents (also of 21 Indian Brigade), all of which was designed to assist 78th Infantry Division in the capture of San Vito. On 4 December, the Calgary Tanks formed part of a flying column which then occupied Frisa. Meanwhile, the 2nd Canadian Brigade was ordered to occupy positions between Sant' Apollinare and the Indians, facing the Moro, while 1st Brigade concentrated on the San Vito plateau. On 5 December, the 3rd Canadian Brigade, south of the Sangro, was ordered to cross the river.

Canadian Logistics

Fair weather, to that point permitting air cover to operate in favour of the Allies, also began to melt the snow in the mountains, deepening and widening rivers and adding to the logistical burdens. On the night of 4 December the Sangro River rose six feet, and every bridge serving the 5th Corps (to which the 1st Canadian Division was subordinate) was either washed away or submerged. Engineers struggled to complete an all-weather bridge as traffic came to a standstill; luckily a supply dump had been established near Fossacesia and DUKWs (amphibious trucks) were able to ferry supplies around the river's mouth. The Royal Canadian Army Service Corps was able to effectively re-establish a supply line with these vehicles; on 7 December, for example, orders for supplies included 50,000 rounds of artillery ammunition, 10,000 gallons of petrol and 40,000 rations. The 3rd Brigade, however, was unable to fulfill its orders to rejoin the division for two days, and even as it moved again on 6 December, had to leave 200 heavy vehicles south of the Sangro.

German Intentions

Allied intelligence staffs correctly assessed the enemy's intention to stop further Allied advances on the Moro, after having been evicted from the Bernhard Line. The 76th Panzer Corps determined on 1 December that it would hold a line as far as Melone (two miles east of Guardiagrele) and develop also a new line Melone-Ortona, and stop any attacks in the area of their outposts by "obstinate delaying actions." The German 65th Division had been smashed during the Bernhard Line fighting, its remnants ordered north to join the 14th Army, and the 90th Panzergrenadier Division moved south hastily from the Venice area, taking over the coastal sector on 3 December. To its right, the 26th Panzer Division had relieved the 16th Panzer Division, the latter urgently needed on the Eastern Front.

The inter-divisional boundary paralleling the coast, ran through Lanciano, about seven miles inland. Although the 5th Corps Intelligence Summary of 4 December reported that "recent air photographs reveal no large-scale preparation south of Pescara", it soon became known that the enemy was busy digging in on the reverse slopes of the gullies. They had good reason. Recorded telephone conversations between the German commanders disclose the crushing blow which air attacks had dealt to enemy morale during the few good flying days at the end of November. Colonel Baade (whose efficient command of the defences of the Strait of Messina will be recalled) was temporarily replacing the wounded commander of the 65th Division,and he had declared that not even in Africa had he seen anything like the Allied air offensive. "With Montgomery you could count on that", commented Kesselring. The enemy might well expect a repetition of the concentrated air and artillery bombardment which had hit him on the Sangro ridge, and in ordering the preparation of a new defence line in front of the Ortona-Orsogna lateral road the commander of the 76th Corps gave as the "watchword for one and all: `Into the Ground'." Thus as Canadians and Irish looked across the Moro at the patchwork of vineyard and olive grove which rose gradually to the horizon from the top of the far bank, they saw nothing to indicate the presence of a division of fresh troops warily lying in wait for the next Allied blow.6

On 4 December, with the 8th Indian Division in Frisa with tank support and the New Zealanders struggling at Orsogna and Guardiagrele, General Allfrey pressured the Canadians to cross the Moro "as soon as possible." General Vokes directed both the Irish and 2nd Canadian Brigades to push infantry patrols and engineers ahead during the night to scout possible crossing sites. There were three:

  • the new coast road on the right flank

  • the old highway leading to San Leonardo

  • a narrower road crossing south of Villa Rogatti, a small village atop the left bank, two miles upstream from San Leonardo, and referred to by the Allied troops as Villa Roatti due to typographical errors on their maps. (The Germans called the place Villa Ruatti).

Behind San Leonardo and Villa Rogatti lay a long slope, with hamlets (La Torre, Villa Jubatti, Villa Caldari) separated by deep gullies cutting back severely from the Moro Valley. The gullies were viewed as possible routes up onto the top of the plateau. The Patricias scouted below Villa Rogatti and found a ford that could also bear the weight of tanks, though the far bank was steep. Two hundred yards beyond the west bank, enemy halftracks and motorcycles could be heard. Vokes, on hearing reports from the 38th Brigade that the river was wider and deeper farther downstream, resolved to continue the advance up Highway No. 16 and establish one of the Canadian brigades at the junction with the Guardiagrele-Ortona lateral road, exploit to Tollo across the Arielli, and then move to the coast and Ortona. The engineers were tasked with readying a crossing below San Leonardo; with the central route selected for the main crossing, two other sites were also to be established by the infantry, near the coast and at Villa Rogatti, either to divert enemy attention away, or to be used in earnest if need be.

TUÉ AU COMBAT / KILLED IN ACTION
BLESSÉ / WOUNDED IN ACTION

 

MÉDAILLÉS / AWARD A MEDAL
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×