THE GULLY

THE GULLY
10 - 19 DECEMBRE / DECEMBER 1943

 

 

 

 

 

Les ingénieurs canadiens ont réussi à combler le Moro , et le 10 Décembre , le brigadier Hoffmeister de la 2e Brigade commander du Loyal Edmonton Regiment pour sécuriser d'abord un mi-chemin objectif intermédiaire à travers le plateau de San Leonardo , puis appuyez sur le carrefour de cidre, où la route 16 a rencontré le lateral.6 Orsogna - Ortona

Deux routes principales conduisent à Ortona du sud . La plus directe est la route côtière 16 . Inland une route secondaire via San Leonardo liens avec le Orsogna - Ortona latérale . Entre le Moro et Ortona quatre hautes crêtes est-ouest de 500 pieds se croisent les approches. La région est parsemée de hameaux, les fermes, les champs d' oliviers et de vignes de fil lacées entrecoupées de chemins de ferme en contrebas et les commutateurs aveugles - un endroit difficile pour une randonnée de week-end et encore moins une avance dans les dents d'un enemy.7 qualifiés et déterminés

10 décembre

10 décembre était humide , et le sol , selon l'histoire officielle de l'armée , était " marécageux " comme le Loyal Edmonton Regiment a déménagé à 09h00 avec " C " Escadron de la 14e Régiment blindé du Canada (les « Calgary Tanks » ) à l'appui , avec un peloton de mitrailleuses de Saskatoon Light Infantry , la machine de division pistolet bataillon . Deux compagnies du 48th Highlanders , temporairement sous le commandement du lieutenant-colonel Jefferson , CO du Loyal Edmonton , a également contribué à fournir une base solide pour l' avance . Sont également inclus dans le groupe étaient deux officiers observateurs avancés ( FOO ) du 3e Régiment de campagne et une troisième FOO d'un corps moyen artillerie regiment.8 progrès a été rapide , si bien , en fait , qu'à 10h00 Jefferson signalé qu'ils étaient en cours à l'objectif final , et les frappes aériennes sur le cidre ont été annulées . Il semble que PPCLI pourrait même être en mesure d'exploiter vers la ville d'Ortona . A 13h30 , un message d'optimisme a été renvoyé de rapports trois sociétés sur l'objectif , mais le message avait été dans l'erreur , et, en fait , un feu nourri avait repoussé la force canadienne .

La nouvelle ligne de défense que la 90e division de Panzergrenadier avait choisi après leur défaite sur la route côtière était un profond ravin que le parallèle Orsogna - Ortona latérale , en gardant une distance de 200 à 300 mètres . Il a coupé dans le plateau à la mer , et a été comblé par la route n ° 16 en bas d'un long virage en épingle à cheveux , puis a continué dans de l'eau pour 1000 mètres avant de se stabiliser .

L'ennemi avait bien choisi . Le Gully ... les ours et les besoins , aucune autre désignation pour la distinguer de mille autres ravins qui se trouvaient en travers de la trajectoire des Canadiens en Italie a formé un obstacle réservoir complet , et arme - fosses allemands construits dans sa berge étaient pratiquement à l'abri de les dommages causés par notre obus qui est tombé sans danger sur le terrain de niveau à l'avant et à l'arrière . L'expérience était de montrer que le mortier était la seule arme avec laquelle les attaquants canadiens pourraient atteindre avec succès dans ce cleft.9 étroite
Le 200e Régiment Panzergrenadier envoyé une entreprise soutenue par des canons automoteurs à contre-attaque de flanc droit de la Edmontons de dans l'après-midi du 10 Décembre ; ils ont réussi à assommer trois Sherman de Calgary Tanks avant d'être repoussés . Le Edmontons positions sur le côté de San Leonardo du Gully consolidée , après avoir perdu 27 hommes tués et blessés , y compris lors d'un incident au cours duquel les mitrailleuses allemandes ont ouvert le feu sur un peloton qui s'étaient exposés à accepter la cession de grenadiers qui était venu de l'avant avec leur mains .
Confirmation de l'absence de prise CIDRE n'a pas atteint les voies appropriées à temps pour arrêter PPCLI de tenter d' exploiter ce qui a été considéré comme un succès à la croisée des chemins . Qu'est-ce qui s'est passé ensuite était une action indécis dans le sillage de la Edmontons de voies de fait à l'est du Gully , et les Patricia ont été pris dans un barrage allemand lourde ramené à l'appui de leur propre contre-attaque . Trois Patricia commandants de compagnie étaient blessés , et ils se sont retirés et ont creusé dans le derrière Edmontons . Pris en charge par escadron «A» de Calgary Tanks , les Seaforth Highlanders avaient réussi à occuper les hauteurs à l'ouest de San Leonardo pendant la journée , et ils se sont déplacés dans des positions sur le flanc gauche de la Edmontons , leur commandant est blessé par des tirs d'obus dans le processus .

La Division canadienne a maintenant entrait dans la troisième phase de la bataille qui avait ouvert avec les luttes successives pour Villa Rogatti et San Leonardo . L'importance tactique de l'obstacle bloquant le chemin à Ortona est devenue de plus en plus apparente . Près de la mer du Gully élargi considérablement , de sorte que l'approche par la route du littoral serait sous observation directe du promontoire sur lequel se Ortona . Deux solutions ont été laissées à l'avancée des troupes - soit ils doivent se frayer un passage le long de la voie centrale , ou de contourner la fonctionnalité tout en un lecteur vers l'ouest à la route latérale , suivie d'un assaut sur ​​le carrefour du sud -ouest . Le G.O.C. a décidé de prendre l'ancien cours , et le soir du 10 Décembre, il a ordonné la 2e Brigade de persévérer dans son effort contre son objectif initial dans le centre , et également de tester la position de l'ennemi sur la route de la côte afin de déterminer si les déficiences dans la défense existe -dessous Ortona . Dans le même temps, il a commencé à aller de l'avant sa brigade de réserve de la Moro River.10

C.G. privé Butcher , 48th Highlanders of Canada , examine l'épave d'un char PzKpfw III allemand détruit par le Calgary Regiment , San Leonardo di Ortona, en Italie , le 10 Décembre 1943. LAC photo

11 décembre

Les trois bataillons du brigadier Hoffmeister sont sérieusement engagés le 11 Décembre , mais il y avait peu à montrer pour leurs efforts . Les patrouilles ont révélé que les Allemands se retrancher sur toute la longueur du Gully , et les chars ennemis patrouillent la route latérale derrière elle . Les tentatives faites par le Loyal Edmonton Regiment pour faire avancer remplies de mitrailleuses et de mortiers lourds feu . Dans l'après-midi , PPCLI a essayé de se déplacer vers la route de la côte , avec le soutien de Calgary Tanks , les combats à travers les oliveraies et les vignes lacées avec des mines antichars et les pièges , et a réussi à atteindre le bord du ravin . Une contre-attaque de taille d'un peloton de 40 Panzergrenadiers a été rejetée en arrière, et ils se sont installés dans le flanc droit de la Edmontons , leur position devient connu comme " Vino Ridge . " La situation est précaire , à portée de grenade à main de tranchées allemandes dans le Gully lui-même.

Sur le flanc gauche de la Edmontons , les Seaforth Highlanders déplacé vers l'avant par le biais profondément labouré et boueux olive bosquets d'essayer de garantir une crête sur le côté près du Gully un demi-mile au sud du point que la route traversait. Malheureusement , la pluie de la veille a fait un terrain marécageux et difficile de soutenir chars de l'Ontario Regiment . Environ 45 Seaforths brouillés la pente à l'objectif , mais une contre-attaque menacé forcé un retrait de la ligne de départ .

La 2e brigade a été bien fermé contre l'ennemi , et pendant la journée , la 1re brigade a réussi à attirer encore avec elle , comme le Hastings and Prince Edward Regiment déplacés sur la route de la côte avec des chars du Régiment de l'Ontario à l'appui , pour atteindre un endroit sur le flanc droit de PPCLI dans 2500 mètres de la ville d'Ortona lui-même. Sur le flanc extrême gauche , les 48th Highlanders ont réussi à occuper La Torre la nuit précédente sans rencontrer les enemy.11

S'engager la Réserve

Le commandant de la 8e armée, le général Montgomery , avait proposé l'opération APPARENCE , une opération de corps , à commencer le 15 Décembre , mais le commandant du corps , le lieutenant-général Allfrey et le major-général Vokes voulu garantir Carrefour de cidre et de l'autoroute 16 avant commencing.12 A midi le 11 Décembre , avec des progrès bien en deçà de celle souhaitée , et se rendre compte que la 2e Brigade serait trop épuisé pour exploiter les gains qu'il a réussi à faire , même si CIDRE pourrait être capturé , il a commis sa réserve , la 3e Brigade .

Le West Nova Scotia Regiment a été envoyé à travers les positions des Seaforth , à travers le Gully , et a ordonné de capturer la route latérale à proximité d'une ferme importante connue sous le nom de Casa Berardi , située trois - quarts d'un mile au sud de cidre. Ils ont reçu l'ordre de couper la route à partir de cidre à l'ouest de Villa Grande . Une société du West Nova Scotia Regiment a été de prendre escadron «B» de l'Ontario Regiment et se déplacer à l'ouest de San Leonard sur un sentier étroit ( surnommé piste Lager par les Canadiens ) pour contourner la tête du Gully , dans l'espoir qu'il serait moins voie précaire pour la tanks.13

A 18h00 les trois entreprises ont quitté San Leonardo pour leur ligne de départ , qui était de 500 mètres au nord de la ville . L'attaque a échoué. Peu de soutien d'artillerie était possible , de peur de mettre en danger les attaquants , et ce qui a été donné n'a pas grandement perturber l'ennemi , puits creusé dans dessous du bord près du Gully . La confusion a augmenté lorsque le bataillon a perdu ses postes de radio et la FOO d'artillerie a été tué . Tôt le matin, a trouvé les ennemis membres du 1er Bataillon du 200e Régiment de grenadiers sûr - encore sur leur pente inverse . A huit heures, le brigadier Gibson a ordonné le West Nova Scotia Regiment de renouveler l'attaque vers Berardi , et la lutte a continué sous une pluie battante . Communication sans fil a été détruit à nouveau aussi rapidement qu'il pouvait être réparé ou remplacé. Quatre fois les Grenadiers ont lancé des contre-attaques , mais le bataillon canadien a tenu sa terre. En repoussant l'un de ces axes éléments avancés de la West Nova Scotia Regiment , désireux de s'approcher de l'ennemi , ont quitté leurs fentes tranchées et ont été établis avant la crête , où intense
mitrailleuse à travers le Gully ajouté à une liste de blessés déjà longue . Au cours de la matinée, le C.O. , le lieutenant-colonel . M.P. Bogert , a été blessé , mais il a continué à diriger la lutte jusqu'à l'arrivée dans l'après-midi . L'impasse ne pouvait être rompu. Le West Nova Scotia Regiment , après avoir perdu plus de 60 morts et de blessés , creusé dans et attendait une autre plan.14

Le front de la division avait été témoin à des opérations aussi sans profit ailleurs; le PPCLI avait repoussé deux contre-attaques mineures, mais ne parvient pas à communiquer avec la tête de pont du Hastings .

12-13 Décembre

L'après-midi du 12 Décembre , la 3e brigade a été condamné à essayer de nouveau d'attaquer CIDRE , et le Carleton and York Regiment a été sélectionné pour la tâche . L'attaque devait procéder dans la matinée du 13 Décembre, avec un " barrage épaisse rampante , augmentée par les mortiers de la 2e et 3e brigades " , doit être précédée par une concentration d'artillerie lourde sur toute la longueur du Gully , et avec réservoir incendie de Calgary Tanks , et les deux PPCLI et le West Nova Scotia Regiment déplacer à droite et à gauche , respectivement , se déplaçant sous le même barrage , avec une compagnie du Royal 22e Régiment détaillé à suivre derrière pour éponger up.15

Le lendemain matin , le West Nova Scotia Regiment . a été condamnée à essayer de nouveau, malgré une pluie battante . Lorsque cette attaque a échoué , Vokes utilisé tous les mortiers de trois pouces et de 4,2 pouces disponibles avec leur feu de haute trajectoire sur la pente inverse , tandis que l'artillerie a supprimé d'autres positions ennemies . Le régiment Carleton et York . conduit la nouvelle avance pris en charge par des attaques de flanc . Après quelques premiers succès , " mitrailleuse et de mortier feu meurtrier " de l'intérieur et au-delà Le Gully submergé le bataillon , qui a subi 52 pertes ainsi que la perte de 28 hommes qui ont été faits prisonniers lors d'un peloton a été coupé off.16

L'attaque avait réussi à dégager trois mitrailleuses du côté canadien de la Gully et net 21 prisonniers allemands , mais dès que les Carletons se révèle sur la crête , l'alésage de feu de l'ennemi dans et quiconque n'est pas frappé immédiatement été refoulé à tirer sauvegarder sur le côté canadien de la crête .

Moins d'une heure de l'attaque a été dépensé ; le barrage d'artillerie avait outrepassent de beaucoup l'infanterie , permettant aux défenseurs allemands de se battre vigoureusement avec des mitrailleuses et des armes légères . Une menace par deux chars Mark IV sur le flanc gauche de la Carleton and York a donné lieu à une troupe de " C " Escadron des Calgaries commis - au prix d'un de ses Sherman . Victimes montés ; d'ici la fin de la journée le lieutenant-colonel . Pangman avait perdu 81 officiers et hommes , y compris 28 fait prisonnier quand un siège de la société et l'un de ses pelotons étaient entourés . Les nuages ​​bas ont empêché les chasseurs-bombardiers de la Desert Air Force de donner leur appui efficace habituelle . Les pilotes ont été obligés de bombarder des cibles alternatives plus au nord ou retourner à la base de leur plein charge . Les attaques sur les flancs étaient à peine plus fructueuse que l'effort de Carleton et York : ni le PPCLI ni les entreprises affaiblies de la West Nova Scotia Regiment a gagné le bord du ravin . Combat la force de la dernière unité a été réduit à environ 150 hommes , et ces chiffres ont été encore appauvri en un après-midi héroïque mais futile fin boutade contre une position excentrée allemande près de Casa Berardi . Sur la route de la côte de Hastings poussé deux sociétés transmettent à quelques mètres sous un feu nourri .

Le sombre tableau des événements de la journée a été momentanément illuminé par un succès temporaire , sur laquelle nous n'avons malheureusement pas réussi à capitaliser . Il convient de rappeler que, pour les deux derniers jours Gibson avait été tenue à San Leonardo une équipe de combat d'infanterie -chars , composée de compagnie «B» de la West Nova Scotia Regiment et "B" escadron du Régiment de l'Ontario , augmentée par des ingénieurs et les canons automoteurs de la 98e Army Field Regiment RA Une patrouille d'infanterie de cette force reconnaissance piste " Lager " dans la nuit 12-13 Décembre découvert un certain nombre de chars allemands près de la tête peu profonde du Gully , apparemment garder l'approche de la route principale d'Ortona . A sept heures du matin , alors que le Carleton and York faisaient leur attaque avortée face Berardi , trois des Sherman Ontario , portant un peloton de Nova-Ouest , ont conduit dans la laager ennemi . Les Allemands effrayés eu le temps de sortir un seul coup ; coquilles antichars tirés sur un intervalle de moins de 50 mètres ont frappé deux de leurs chars , tandis que les fantassins désireux fermés et capturé les deux autres. La destruction d'un canon anti-char a réalisé un travail satisfaisant . Si cette action rapide , qui a été initié et contrôlé par le commandant de peloton de Nova-Ouest , le lieutenant JH Jones et qui lui a valu le MC - n'a pas en soi ouvrir la porte à la route latérale principale , il au moins unbarred . 10h30 le reste de la compagnie «B » et son escadron de soutien est arrivé avec l'ordre de virer vers le nord -est et se diriger vers Casa Berardi . L'équipe de combat avancé entre la route latérale et le Gully , mais moins de 1000 mètres de la " Cidre " carrefour un ravin , située perpendiculairement à la principale Gully , a arrêté les réservoirs . Les efforts de l'infanterie pour traverser par eux-mêmes ont échoué ; pour l'ennemi , déjà concernés par l'attaque sur son front par le corps principal des Novas Ouest , a réagi rapidement et vigoureusement à cette nouvelle menace à son flank.17

Plus tôt , le 13 Décembre , compagnie «A» des Seaforth , réduit à seulement 40 hommes , a également mis sur la piste Lager avec les quatre chars Sherman restant dans escadron «C» du Régiment de l'Ontario . Cette force , organisée par le Brigadier Wyman de la 1re Brigade blindée canadienne , énoncées dans un arc plus large autour de la tête du ravin de la vigueur plus tôt du West Nova Scotia Regiment , a traversé un ponceau inexplicablement laissé debout par les Allemands , et attaqué sur une route latérale dans l'arrière de l'ennemi . La petite force induite 78 Allemands (y compris un quartier général du bataillon ) de se rendre, assommé deux chars allemands , et s'avança près de Casa Berardi .

Mais malheureusement, cette brillante réussite , qui devait ouvrir la voie à la prise éventuelle de Casa Berardi , ne pouvait pas être immédiatement suivi . Vers le crépuscule le commandant de l'escadron de l'Ontario , par intérim major HA Smith , qui avait été en contact permanent par radio avec le Brigadier Wyman , a indiqué que ses munitions a été dépensé et qu'il était très faible sur l'essence . En l'absence de réserve immédiatement disponible pour le renforcement Wyman a chargé la force de se retirer et d'organiser l'entrée de la route principale garantir tout au long de la nuit . La vulnérabilité dont l'ennemi avait trahi sur ce flanc changé le plan de bataille canadien , et Vokes a ordonné une attaque maintenant à faire le lendemain matin par le Royal 22e , le seul bataillon de la division encore engagé à l'ouest de la Moro . Pendant la nuit , cependant, les Allemands restauré leurs positions de flanc droit , alors que les troupes de la 1re Division de parachutistes ont remplacé les unités Grenadier battues défendant la Gully.18

Comme ces sondes sur la gauche canadienne ont continué , la 8e division indienne a renouvelé ses efforts sur son flanc partagé avec les Canadiens , et un groupe de combat d'infanterie réservoir a été commis à une attaque de nuit à la Villa Grande . " Les Allemands ont été obligés d'envoyer les réserves locales pour sceller cette pénétration , en aidant les Canadiens à exploiter une couture temporaire dans les défenses ennemies . " 19 Les Allemands étaient toutefois paient lourdement pour leur position défensive , et, le 13 Décembre , leur situation maps ont indiqué que les deux régiments de la 90e division de Panzergrenadier ont été fortement épuisées. Après les contre-attaques menées dans une " manière imprudente et extravagant " , les effectifs de la division avait été «vidé ... au-delà renforcement immédiat . " Pendant deux semaines de contact , 500 prisonniers ont été perdus à la 1ère divisions indiennes du Canada et 8 , et le journal du Corps allemand 76e de guerre admis le 13 Décembre que " Une grande valeur de combat ne peut plus être attribuée à la 90e division de Panzergrenadier . les unités sont devenus mal mixte et les troupes sont épuisées. La valeur de combat d'au moins deux bataillons a été utilisé . les positions actuelles ne peuvent être détenus par l'apport de nouveaux bataillons ... " 20

Nouveaux bataillons étaient sur le chemin , transféré du Sangro supérieur sous le couvert de la 3e Régiment de parachutistes . Le 2e Bataillon a été déployée en face du centre de la ligne canadienne juste avant l'attaque de la Carleton and York Regiment , et le 3e Bataillon s'installe dans la région de Casa Berardi , ne laissant que ce qui restait du 1er Bataillon du 200e Régiment Panzergrenadier dans le secteur côtier , sous le commandement de la 3rd Parachute Regiment

 

The Gully

Canadian engineers had managed to bridge the Moro, and on 10 December, Brigadier Hoffmeister of the 2nd Brigade order The Loyal Edmonton Regiment to secure first an intermediate objective half-way across the San Leonardo plateau, then press on to the CIDER crossroads, where Highway 16 met with the Orsogna-Ortona lateral.6

Two main routes lead to Ortona from the south. The most direct is the coastal Highway 16. Inland a secondary road via San Leonardo links with the Orsogna-Ortona lateral. Between the Moro and Ortona four 500 foot high east-west ridges intersect the approaches. The region is studded with hamlets, farms, olive groves and wire-laced vineyards interspersed with sunken farm roads and blind switches - a difficult place for a weekend hike let alone an advance into the teeth of a skilled and determined enemy.7

December 10

December 10 was wet, and the ground, according to the Army's official history, was "boggy" as the Loyal Edmontons moved out at 09:00hrs with "C" Squadron of the 14th Canadian Armoured Regiment ("Calgary Tanks") in support, along with a platoon of machine guns of The Saskatoon Light Infantry, the divisional machine gun battalion. Two companies of the 48th Highlanders, temporarily under the command of Lieutenant-Colonel Jefferson, C.O. of the Edmontons, also helped provide a firm base for the advance. Also included in the group were two Forward Observation Officers (FOO) from the 3rd Field Regiment and a third FOO from a corps medium artillery regiment.8 Progress was rapid, so well in fact, that at 10:00hrs Jefferson signalled that they were proceeding to the final objective, and air strikes on CIDER were cancelled. It seemed that PPCLI might even be able to exploit towards the city of Ortona. At 13:30hrs, an optimistic message was sent back reporting three companies on the objective, but the message had been in error, and in fact, heavy fire had driven back the Canadian force.

The new defensive line that the 90th Panzergrenadier Division had selected after their defeat on the coast road was a deep gully that paralleled the Orsogna-Ortona lateral, keeping a distance of 200 to 300 yards. It cut into the plateau at the sea, and was bridged by Highway No. 16 at the bottom of a long hairpin turn, then continued in from the water for 1,000 yards before levelling off.

The enemy had chosen well. The Gully ... bears, and needs, no other designation to distinguish it from a thousand other ravines which lay athwart the Canadians' path in Italy formed a complete tank obstacle, and German weapon-pits constructed in its steep bank were practically immune from damage by our shellfire, which fell harmlessly on the level ground to the front and rear. Experience was to show that the mortar was the only weapon with which the Canadian attackers could successfully reach into this narrow cleft.9

The 200th Panzergrenadier Regiment sent a company supported by self-propelled guns to counter-attack the Edmontons' right flank in the late afternoon of 10 December; they managed to knock out three Shermans of the Calgary Tanks before being driven back. The Edmontons consolidated positions on the San Leonardo side of the Gully, having lost 27 men killed and wounded, including during an incident in which German machine guns opened fire on a platoon that had exposed themselves to accept the surrender of Grenadiers who had come forward with their hands up.

Confirmation of the failure to take CIDER did not reach the appropriate channels in time to stop PPCLI from attempting to exploit what was believed to be a success at the crossroads. What happened next was an indecisive action in the wake of the Edmontons' assault east of the Gully, and the Patricias were caught in a heavy German barrage brought down as support for their own counter-attack. Three Patricia company commanders were casualties, and they withdrew and dug-in behind the Edmontons. Supported by "A" Squadron of the Calgary Tanks, the Seaforth Highlanders had managed to occupy high ground west of San Leonardo during the day, and they moved into positions on the left flank of the Edmontons, their commanding officer being wounded by shellfire in the process.

The Canadian Division was now entering upon the third stage of the battle which had opened with the successive struggles for Villa Rogatti and San Leonardo. The tactical significance of the obstacle blocking the path to Ortona became increasingly apparent. Near the sea the Gully widened considerably, so that an approach by the coast road would be under direct observation from the high promontory on which Ortona stood. Two alternatives were left to the advancing troops--either they must force a passage along the central route, or circumvent the whole feature by a drive westward to the lateral road, followed by an assault on the crossroads from the south-west. The G.O.C. decided to take the former course, and on the evening of 10 December he ordered the 2nd Brigade to persist in its effort against its original objective in the centre, and also test the enemy's position on the coast road to determine whether any weakness in the defence existed below Ortona. At the same time he began moving his reserve brigade forward to the Moro River.10


Private G.C. Butcher, 48th Highlanders of Canada, examines the wreckage of a German PzKpfw III tank destroyed by the Calgary Regiment, San Leonardo di Ortona, Italy, 10 December 1943. LAC photo

December 11

All three of Brigadier Hoffmeister's battalions were heavily engaged on 11 December, but there was little to show for their efforts. Patrols revealed the Germans were entrenching down the full length of the Gully, and enemy tanks patrolled the lateral road behind it. Attempts by The Loyal Edmonton Regiment to advance met heavy machine-gun and mortar fire. In the afternoon, PPCLI tried to move towards the coast road with the support of the Calgary Tanks, fighting through olive groves and vineyards laced with anti-tank mines and booby-traps, and managed to reach the edge of the Gully. A platoon-sized counter-attack of 40 Panzergrenadiers was thrown back, and they settled in on the right flank of the Edmontons, their position becoming known as "Vino Ridge." The position was a precarious one, within hand grenade range of German slit trenches in the Gully itself.

On the left flank of the Edmontons, the Seaforth Highlanders moved forward through deeply ploughed and muddy olive groves to try and secure a ridge on the near side of the Gully half a mile south of the point that the road crossed it. Unfortunately, heavy rain the night before made the ground boggy and difficult for supporting tanks of the Ontario Regiment. About 45 Seaforths scrambled up the slope to the objective, but a threatened counterattack forced a withdrawal to the start line.

The 2nd Brigade was firmly closed up against the enemy, and during the day, the 1st Brigade managed to draw even with it, as The Hastings and Prince Edward Regiment moved up the coast road with tanks of The Ontario Regiment in support, reaching a spot on the right flank of PPCLI within 2500 yards of the city of Ortona itself. On the far left flank, the 48th Highlanders managed to occupy La Torre the previous night without encountering the enemy.11

Committing the Reserve

The 8th Army Commander, General Montgomery, had proposed Operation SEMBLANCE, a corps operation, to begin on December 15th, but the corps commander, Lieutenant-General Allfrey and Major-General Vokes wanted to secure CIDER Crossroads and Highway 16 before commencing.12 At noon on 11 December, with progress well short of that desired, and realizing that the 2nd Brigade would be too exhausted to exploit any gains it managed to make, even if CIDER could be captured, he committed his reserve, the 3rd Brigade.

The West Nova Scotia Regiment was sent through the positions of the Seaforths, across the Gully, and ordered to capture the lateral road in the vicinity of a prominent farmhouse known as Casa Berardi, lying three-quarters of a mile south of CIDER. They were instructed to cut the road from CIDER west to Villa Grande. One company of the West Novas was to take "B" Squadron of the Ontario Regiment and move west from San Leonard on a narrow trail (nicknamed Lager track by the Canadians) to skirt around the head of the Gully in hopes it would be a less precarious route for the tanks.13

At 6:00 p.m. the three companies left San Leonardo for their start line, which was 500 yards north of the town. The attack failed completely. Little artillery support was possible, for fear of endangering the attackers, and what was given did not greatly disturb the enemy, well dug in below the near edge of the Gully. The confusion increased when the battalion lost its wireless sets and the artillery F.O.O. was killed. Early morning found the enemy-members of the 1st Battalion of the 200th Grenadier Regiment-still secure on their reverse slope. At eight o'clock Brigadier Gibson ordered the West Novas to renew the attack towards Berardi, and the fight continued in driving rain. Again wireless communication was destroyed as rapidly as it could be repaired or replaced. Four times the Grenadiers launched counter-attacks, but the Canadian battalion held its ground. In repulsing one of these thrusts forward elements of the West Novas, eager to close with the enemy, left their slit-trenches and were drawn forward to the crest, where intense
machine-gun fire from across the Gully added to an already long casualty list. During the morning the C.O., Lt.-Col. M.P. Bogert, was wounded, but he continued to direct the fight until relieved in the afternoon. The deadlock could not be broken. The West Novas, having lost more than 60 killed and wounded, dug in and awaited another plan.
14

The divisional front had been witness to equally profitless operations elsewhere; the PPCLI had beaten back two minor counter-attacks but not managed to contact the bridgehead of the Hastings.

12-13 December

On the afternoon of 12 December the 3rd Brigade was ordered to try again to attack CIDER, and The Carleton and York Regiment was selected for the task. The attack was to proceed on the morning of 13 December, with a "thick creeping barrage, augmented by the mortars of the 2nd and 3rd Brigades", to be preceded by a heavy artillery concentration down the length of the Gully, and with tank fire from the Calgary Tanks, and both PPCLI and the West Novas moving on the right and left, respectively, moving under the same barrage, with a company of the Royal 22e Regiment detailed to follow along behind to mop-up.15

The next morning, the West Nova Scotia Regt. was ordered to try again, despite a driving rain. When this attack failed, Vokes employed all available three-inch and 4.2-inch mortars with their high-trajectory fire on the reverse slope, while the artillery suppressed other enemy positions. The Carleton and York Regt. led the new advance supported by flank attacks. After some early success, “murderous machine-gun and mortar fire” from within and beyond The Gully overwhelmed the battalion, which suffered 52 casualties as well as the loss of 28 men who were taken prisoner when a platoon was cut off.16

The attack had managed to clear three machine-guns from the Canadian side of the Gully and net 21 German prisoners, but as soon as the Carletons revealed themselves over the crest, the enemy fire bore in and anyone not hit immediately was forced back to pull back to the Canadian side of the ridge.

Within an hour the attack was spent; the artillery barrage had far outdistanced the infantry, allowing the German defenders to fight back vigorously with machine-guns and small arms. A threat by two Mark IV tanks on the left flank of the Carleton and Yorks resulted in a troop of the Calgaries' "C" Squadron being committed-at the cost of one of its Shermans. Casualties mounted; by the end of the day Lt.-Col. Pangman had lost 81 officers and men-including 28 taken prisoner when a company headquarters and one of its platoons were surrounded. Low cloud had prevented fighter-bombers of the Desert Air Force from giving their usual effective support. Pilots were compelled to bomb alternative targets farther north or return to base with their full load. The attacks on the flanks were scarcely more fruitful than the Carleton and York effort: neither the Patricias nor the weakened companies of the West Novas gained the edge of the Gully. The latter unit's fighting strength had been reduced to about 150 men, and these numbers were still further depleted in a heroic but futile late afternoon sally against a German outlying position near Casa Berardi. On the coast road the Hastings pushed two companies forward a few yards under heavy fire.

The gloomy picture of the day's events was momentarily brightened by a temporary success, upon which we unfortunately failed to capitalize. It will be recalled that for the past two days Gibson had been holding at San Leonardo an infantry-tank combat team, made up of "B" Company of the West Novas and "B" Squadron of The Ontario Regiment, augmented by some engineers and the self-propelled guns of the 98th Army Field Regiment R.A. An infantry patrol from this force reconnoitring "Lager" track on the night of 12-13 December discovered a number of German tanks near the shallow head of the Gully, apparently guarding the approach to the main Ortona road. At seven next morning, while the Carleton and Yorks were making their abortive attack opposite Berardi, three of the Ontario Shermans, carrying a West Nova platoon, drove into the enemy laager. The startled Germans had time to get away only one shot; armour-piercing shells fired at a range of less than 50 yards knocked out two of their tanks, while eager infantrymen closed in and captured the remaining two. The destruction of an anti-tank gun completed a satisfactory job. If this prompt action, which was initiated and controlled by the West Nova platoon commander, Lieutenant J.H. Jones-and which won him the M.C.--did not itself open the door to the main lateral road, it at least unbarred it. By 10:30 a.m. the remainder of "B" Company and its supporting squadron arrived with orders to turn north-east and drive towards Casa Berardi. The combat team advanced between the lateral road and the Gully, but less than 1000 yards from the "Cider" crossroads a ravine, lying at right angles to the main Gully, stopped the tanks. Efforts of the infantry to cross by themselves were unsuccessful; for the enemy, already concerned with the attack on his front by the main body of the West Novas, reacted quickly and vigorously to this new threat to his flank.17

Earlier on 13 December, "A" Company of the Seaforths, reduced to just 40 men, had also set out on Lager track with the four Sherman tanks remaining in "C" Squadron of the Ontario Regiment. This force, organized by Brigadier Wyman of the 1st Canadian Armoured Brigade, set out in a wider arc around the Gully's head than the earlier force from the West Novas, crossed over a culvert inexplicably left standing by the Germans, and attacked up a lateral road into the enemy's rear. The small force induced 78 Germans (including a battalion headquarters) to surrender, knocked out two German tanks, and advanced almost to Casa Berardi.

But unfortunately this brilliant achievement, which was to point the way to the eventual capture of Casa Berardi, could not immediately be followed up. Towards dusk the Ontario squadron commander, Acting Major H.A. Smith, who had been in constant touch by radio with Brigadier Wyman, reported that his ammunition was expended and that he was very low on petrol. With no reserve immediately available for reinforcement Wyman instructed the force to withdraw and to hold the entrance to the main road secure throughout the night. The vulnerability which the enemy had betrayed on this flank changed the Canadian plan of battle, and Vokes now ordered an attack to be made the following morning by the Royal 22e, the only battalion of the Division yet uncommitted west of the Moro. During the night, however, the Germans restored their right flank positions, as troops of the 1st Parachute Division replaced the battered Grenadier units defending the Gully.18

As these probes on the Canadian left went on, the 8th Indian Division renewed its efforts on its shared flank with the Canadians, and a tank-infantry battle group was committed to a night attack at Villa Grande. "The Germans were forced to send local reserves to seal off this penetration, helping the Canadians to exploit a temporary seam in the enemy defences."19 The Germans were paying heavily for their defensive stand, however, and on 13 December, their situation maps indicated that both regiments of the 90th Panzergrenadier Division were heavily depleted. After counter-attacks conducted in a "reckless and extravagant manner", the division's manpower had been "drained...beyond immediate reinforcement." During two weeks of contact, 500 prisoners had been lost to the 1st Canadian and 8th Indian Divisions, and the war diary of the German 76th Corps admitted on 13 December that "A great fighting value can no longer be ascribed to the 90th Panzergrenadier Division. The units have become badly mixed and the troops are exhausted. The fighting value of at least two battalions has been used up. The present positions can only be held by bringing in new battalions..."20

New battalions were on the way, transferred from the upper Sangro in the guise of the 3rd Parachute Regiment. The 2nd Battalion was deployed opposite the centre of the Canadian line just prior to the attack of The Carleton and York Regiment, and the 3rd Battalion moved into the Casa Berardi area, leaving only what remained of the 1st Battalion of the 200th Panzergrenadier Regiment in the coastal sector, under the command of the 3rd Parachute Regiment.21


Interrogation of a German soldier who entered San Leonardo di Ortona, Italy, in civilian clothes, 13 December 1943. (Canadians, L-R): Private J.A. Eastman, 48th Highlanders of Canada; Lieutenants W.F. McLellan and A.V. Soley, both of the Loyal Edmonton Regiment. LAC photo

ONT COMBATTU / FOUGHT

 

TUÉ AU COMBAT / KILLED IN ACTION

BRANT Lloyd Edwin - Mohawk.

BLESSÉ / WOUNDED IN ACTION

BRANT Huron Eldon - Mohawk.

MÉDAILLÉS / AWARD A MEDAL
Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×